MmeOctaveTournoeretses2petitesfilles.jpg

Madame Thérèse Tournoüer et ses deux filles sur le perron de Saint Hilaire des Noyers (1900)

La succession d'Henri Tournoüer (1943 - 1962): les familles d'Aboville et de Cahouët

Z

Vichy: Philippe Pétain (1940-1944)

Gouvernements provisoires (1944-1946): Charles de Gaulle, Félix Gouin, Georges Bidault

Présidents de la IVé République: Vincent Auriol, René Coty

Président de la Vé République: Charles de Gaulle

Marguerite et Marie-Germaine Tournoüer

De l'union d'Henri et Thérèse Tournoüer naquirent donc deux filles Marguerite (1887), et Marie-Germaine (1893).

Marguerite épousa le comte Louis d'Aboville (27 octobre 1909, St-Thomas-d'Aquin, Paris VII° ) et Marie-Germaine, le Général Léon de Cahouët.

Les généalogies des familles d'Aboville et de Cahouët sont exhaustivement décrites dans Geneanet.

La famille d'Aboville

Louis d'Aboville (1881-?) est le descendant d'une très ancienne famille noble de Normandie. Il est l'arrière-arrière petit-fils du comte François Marie d'Aboville (23 janvier 1730 à Brest - mort le 1er novembre 1817 à Paris), général et homme politique français. Ses fils Augustin  Gabriel d'Aboville (20 mars 1774-15 août 1820) et Augustin Marie d'Aboville furent comme lui, généraux d'artillerie.

Augustin Marie d'Aboville et Nathalie de Drouin de Rocheplatte, son épouse, eurent quatre enfants dont Auguste Ernest d'ABOVILLE (4 décembre 1819-1 septembre 1902), grand père de Louis d'Aboville. Auguste Ernest d'ABOVILLE fut maire de Glux (1858-1861) - Député du Loiret (1871-1876). Il se maria le 21 mai 1844 avec Noémie Bertrand de Rivière et eurent 6 enfants dont Henri d'Aboville.

Henri d'Aboville (26 août 1848-1941) fut général de brigade de la promotion "du Sultan" (1866-1868) de l'Ecole Impériale Militaire de Saint-Cyr. Il se maria le 10 juin 1878 avec Jeanne de Gouvello de Keriaval. Il se rendit célèbre dans l'affaire Dreyfus. En résumé: le 6 octobre 1884,  le lieutenant-colonel d’Aboville sous-chef du 4e Bureau, et le commandant Henry orientent l’enquête sur un stagiaire, le capitaine Alfred Dreyfus: Henri d'Aboville, et son chef, le colonel Fabre, affirmèrent reconnaître l'écriture de Dreyfus sur le bordereau relatant de l'espionnage au profit de l'attaché militaire allemand Maximilien von Schwartzkoppen. On connait la suite...

Louis d'Aboville naquit donc le 16 août 1881 de l'union d' Henri d'Aboville et de Jeanne de Gouvello de Keriaval. Il avait 5 frères et 6 soeurs.

Louis d'Aboville et Marguerite Tournoüer eurent huit enfants:

Ce sont donc ces huit petits enfants d'Henri Tournoüer et de Thérèse Voisin, associés avec leurs cousins germains  de Cahouët (voir ci-dessous), qui héritèrent de Saint Hilaire des Noyers, le 23 octobre 1943, à la mort d'Henri Tournoüer. Saint Hilaire des Noyers fit l'objet d'un découpage en plusieurs lots: le château fut vendu à Monsieur Jules Raudnitz en 1962.

Margueritetournouer.jpg

Marguerite Tournoüer, épouse du comte Louis d'Aboville, général de division

MarieGermaineTournouer.jpg

Marie Germaine Tournoüer, épouse du général de Cahoüet

NB: Nous remercions tout particulièrement Xavier d'Aboville qui a bien voulu honorer par sa présence l'inauguration de la première phase de rénovation de Saint Hilaire des Noyers le 12 juillet 2006. Nos remerciement vont aussi à son fils Christophe d'Aboville qui nous a apporté de nombreuses photographies anciennes de Saint Hilaire des Noyers nous ayant permis de faire revivre la période 1880-1940.

La famille de Cahouët

Léon de Cahouët (7 décembre 1893 - 17 août 1952) est le fils de Ernest Luc Emile de Cahouët (1860 - 1927) et de Joséphine Marie Paule Marcotte de Sainte-Marie (marié en 1892).  

Léon de Cahouët fut général de brigade (Ecole Spèciale Militaire de Saint-Cyr, promotion «de La Croix du Drapeau»,1913-1914).  Léon de Cahouët et Marie Germaine Tournoüer eurent quatre enfants dont:

Jean de Cahouët  (1922-1980) marié en 1954 avec Isabelle Teilhard de Chardin d'Anterroches , Françoise de Cahouët  (1928) mariée avec Christian Nicolazo de Barmon et Anne de Cahouët (1935) mariée avec Claude Nicolazo de Barmon.