Note liminaire

Ce chapitre nécessitera encore des éclaircissements… s’il est possible de les obtenir un jour. En effet, les liens entre les représentants de la famille d’Yèbles et ceux de la famille de Courboyer (Courbehier) restent confus par manque de l’information disponible.

Famille Pierre d'Yèbles II (Dyebles, Diebles) - Aymée de Tonnerre (de Tannerie?) puis Pierre d'Yèbles III - Françoise de Barville  (circa 1550-1579)

 

Rois de France dans la période: Henri II(1547-1559), François II(1559-1560), Charles IX(1560-1574), Henri III(1574-1589)

La propriété fut cédée à Pierre d'Yèbles (Dyebles, Diebles), originaire du Berry, écuyer et seigneur de Ballaines (Balaines, Balerne?, Balagne ?, Balanne?) - au diocèse d'Orléans (chatellerie de Romorantin?). Ballaines aurait été rattaché à Billy (aujourd'hui dans le Loir et Cher, voir sur Google Earth). Un certain Philippe Diebles fut seigneur de l'Ambraye en Sologne aux XIVème et XVème siècles (source: la vie rurale en Sologne aux XIVème et XVème siècles, page 322, Isabelle Guérin, 1960). Il est clair que l’origine des d’Yèbles se situe en Sologne, aujourd’hui dans le département de l’Indre.

Un Pierre d’Yèbles que nous appellerons « Pierre I d’Yèbles de Ballaines » apparait comme époux de Marie de la Chastre. Leur mariage se serait déroulé « avant le 1er juillet 1493 ».

 

   
 

 

James de Courboyer, père d’Anne, seigneur du Plessis, fils de Guyot de Raygniel de Courboyer (mort vers 1480) devrait être né vers 1450. On sait que le 16 septembre 1477, une nommée Mathurine, veuve de Pierre Gibierge, paroissien de Nocé, lui vendit le moulin du Blanchard (H. Tournoüer, Archives Orne Vol 19 p 342). James avait pour frères Jean et Florent, licencié en décret, chanoine et trésorier de Lavaur, et aussi chanoine de Bayeux.

On ignore le nom de la femme de James de Courboyer. Anne avait deux sœurs : Marie, semble-t-il l’ainée qui épousa Robert de Bubertré, et Jehanne, la cadette qui fut mariée le 29 janvier 1499 à René de Barville, sieur de la Mançonnière (Moussonière ?), fils de Robert de Barville. Robert est le fils de Jean II de Barville et de Marguerite le Baleur.

Selon H. Tournoüer (livre sur Saint Hilaire des Noyers, 1910), le Pierre d’Yèbles qui racheta Saint Hilaire des Noyers à Madeleine de Chasteaubriant et François de la Noüe, était marié à une certaine Aymée de Tonnerre (de Tannerie?).  On sait aussi que ce Pierre d'Yèbles décède le 27 avril 1572. Sa veuve, Aymée de Tonnerre (de Tannerie?), fait le 20 août 1573 une déclaration de ce fief au Duc D’Alençon.

Plusieurs questions se posent donc maintenant :

1-  Le Pierre I d’Yèbles de Ballaines qui a épousé Marie de la Chastre peut-il être le Pierre d’Yèbles de Ballaines qui se maria avec Anne de Courboyer ?

2-  Compte-tenu que le fils de Marie de la Chastre et de Pierre I d’Yèbles est vraisemblablement né entre 1445 et 1470, ce Pierre II d’Yèbles pourrait-il avoir été l’époux d’Anne de Courboyer ?

3-  Si tel était le cas, qui était ce Pierre d’Yèbles propriétaire de Saint Hilaire des Noyers : pourrait-il être un « Pierre III D’Yèbles »  fils de Pierre II d’Yèbles sus-cité?

La réponse à la première question nous semble négative compte-tenu du différentiel de date entre Pierre I d’Yèbles et Anne de Courboyer : Pierre I d’Yèbles, mari de Marie, devait avoir un âge comparable à celui de son épouse, c'est-à-dire né dans la première partie du XVème siècle. Il a donc vécu dans la moitié de celui-ci. Anne semble être née vers 1475, donc bien après (décalage d’une génération). Ils ne peuvent avoir été contemporains. Si Anne avait épousé Pierre I d’Yèbles, il eut fallut qu’il soit veuf de Marie et c’est un mari très âgé qu’elle aurait épousé…